Partie (1) Désamorcer le délire d’opinions, fanatisme, attentat, #libertéd’expression, , dossier complet de self défense, par philippe Huneman #fanatisme et défense voir relativisme à l’égard de la violence physique.

2t2exte-fanatique03.5

Comment s’orienter dans un espace public saturé par les discours contradictoires à propos des attentats? Peut on sans a priori mettre un peu de logique dans le chaos des arguments, différencier la moquerie de l’insulte, la critique raisonnable et le sophisme?

Exemples d’écrits relever ici et là:

« Des extrémistes ont été tués par d’autres extrémistes. Des gens qui ne respectaient rien ont été tués par d’autres gens tout aussi irrespectueux. Les uns et les autres se valent. » Youssef el-Husseini, animateur sur la chaine de TV égyptienne ONTV.(7janvier 2015)

« Si un grand ami parle mal à ma mère, il peut s’attendre à un coup de poing, et c’est normal. » Le pape François (15 janvier 2015)

-On trouve ici une confusion, fréquente, entre violence verbale et violence physique. Peut on vraiment mettre sur le même plan une insulte et un coup de poing, un blasphème et un meurtre? Dans la structure de l’argument de l’animateur télé ou du pape, on a bien ce rapprochement « des extrémistes ont été tués par d’autres extrémistes » ou une provocation appellerait un coup de poing. Même la loi du talion « œil pour œil, dent pour dent », le plus ancien et le plus archaïque des principes juridiques, qui prévoit une équivalence stricte entre crime et châtiment, ne va pas jusque-là: elle invite au contraire à réparer l’injure par l’injure et les coups par les coups.

Le droit moderne reconnais cette opposition de nature entre les deux types de violence : si vous frappez quelqu’un fortement parcequ’il a injurié votre mère, vous serez condamné, sans que l’insulte proférée ne soit considérée par le juge comme une justification de votre acte.

Attention! Je ne dis pas que la violence psychologique n’existe pas et qu’une injure ne peut pas contribuer à créé un climat de violence psychologique! Seulement comment attester devant un juge, l’existence d’un tel climat? D’une part, une phrase peut être interprétée diversement.  » Te voir sapé comme cela, cela me donne envie de te filer cinq balles »: c’est une boutade ou une agression? D’autre part, n’importe qui peut se sentir offensé par n’importe quoi. Admettons que je n’aime pas le vert. Un ami, qui le sait, m’invite à dîner chez lui. Or, dans son salon, tout est vert. Il s’est même habillé en vert. Je suis offensé. Soit….. Mais ce n’est pas comme si cet ami m’avait donné un coup de poing, car le fait de se sentir agressé par la couleur verte n’est pas universel, cela dépend de mon système de représentations et de croyances, tandis qu’un médecin peut constater les traces laissées par un coup selon des critères objectifs. Ainsi, je sais qu’il y a des millions de croyants qui ne se sentent pas offensés quand on se moque de leur Dieu. Ils s’en fiche, c’est tout! Cela ne les empêche pas de continuer à croire. Le meurtre lui est irréversible.
Pour finir, je voudrais rappeler que le fondement le plus élémentaire d’un état de droit est remis en cause à la fois par le pape et par le présentateur télé: on ne se fait pas justice soit même!

« La liberté d’expression ce n’est pas pour tous. Vous êtes nombreux à crier : <<nous voulons la liberté d’expression pour Charlie>>, et vous demandez à Dieudonné de la fermer. » Kamara AlbNégru sur la page Facebook officielle de Dieudonné.

-D’abord une réponse strictement factuelle: en vingt-deux ans d’existence Charlie Hebdo a été visé par une cinquantaine de procès (un tous les cinq mois et demi), intentés par des personnalités d’extrême droite, des associations chrétiennes ou musulmanes, et des personnalités. Des procès souvent gagnés, d’ailleurs. Dieudonné, depuis le « basculement » de sa carrière son intervention dans l’émission de Fogiel en 2003, à été attaquer en justice une quinzaine de fois, surtout par des associations juives ( un procès tout les neuf mois en moyenne), et condamné au pénal plusieurs fois.

Les lois  qui encadrent la liberté d’expression sont les mêmes pour tous, elles s’appliquent autant à Charlie Hebdo qu’a dieudonné. Quelles sont-elles? Pour l’expliquer rapidement, la loi française prévoit trois limite à la liberté d’expression: sont interdite les incitations à la violence et au meurtre ainsi que l’apologie du terrorisme ; l’incitation à la haine raciale, à l’antisémitisme ou la diffusion de propos négationnistes ; l’injure et la diffamation.

Ici, il faut établir une distinction conceptuelle entre l’insulte et la diffamation, et le blasphème. Pourquoi la loi ne considère pas le blasphème comme une injure ou une diffamation? Parce-que l’insulte vise un citoyen, une personne réelle qui peut souffrir des conséquences. Mais le blasphème vise une entité Mahomet, Marie, Jésus, Bouddha…. à l’existence desquelles seules certaines personnes croient, et en qui elles-mêmes ne peuvent être lésées.
Autre distinction importante: la liberté d’expression n’est nullement la liberté de ne jamais être poursuivi en justice. En démocratie on peut s’exprimer, on ne passe pas par un comité de censure avant de publier quoi que ce soit. Mais si l’on dépasse les limites prévu par la loi, on s’expose à des poursuites et à des condamnations, soit si quelqu’un s’estime ( éventuellement à tord) diffamé ou insulté, soit si le discours tenu est jugé raciste, haineux etc….., au tribunal et donc délictueux.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.