images (5)

Quelqu’un m’a demander mon âge,
après avoir vu la vieillesse grisonné sur mes tempes et les boucles de mon front.

Je lui ai répondu : une heure
Car en vérité je ne compte pour rien le temps que j’ai par ailleurs vécu.

Il m’a dit : que dites vous là ? Expliquez-vous.
Voilà bien la chose la plus émouvante.

Je dis alors : un jour, par surprise, j’ai donné un baiser, un baiser furtif, à celle qui tiens mon cœur.
Si nombreux que doivent être mes jours, je ne compterai que ce court instant, car il a été vraiment toute ma vie.

Ibn Hazm, écrivain andalou du X ème siècle