Laisse pas trainer ton fils, par NTM.

Putain, c’est en me disant : J’ai jamais demandé à t’avoir !

C’est avec ces formules, trop saoulées, enfin faut croire,
Que mon père a contribué à me lier avec la rue,
J’ai eu l’illusion de trouver mieux, j’ai vu,
Ce qu’un gamin de quatorze ans, avec le décalage de l’âge peut entrevoir, c’était comme un mirage.

Plus d’interdit, juste avoir les dents assez longues,
pour croquer la vie, profiter de tout ce qui tombe,
La rue a su me prendre car elle me faisait confiance,
Chose qui avec mon père était comme de la nuisance
Aucun d’entre nous n’a voulu recoller les morceaux
Toute tentative nous montrait qu’on avait vraiment trop d’ego
Mon père n’était pas chanteur, il aimait les sales rengaines
Surtout celles qui vous tapent comme un grand coup de surin en pleine poitrine
Croyant la jouer fine. Il ne voulait pas, ne cherchait même pas
A ranger ce putain d’orgueil qui tranchait les liens familiaux
Chaque jour un peu plus
J’avais pas l’impression d’être plus coté qu’une caisse à l’argus
Donc j’ai dû renoncer, trouver mes propres complices.

Ne laisse pas traîner ton fils, si tu veut pas qu’il glisse.

Ne l’laisse pas chercher ailleurs l’amour qu’il devrait y avoir dans tes yeux.

NTM.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.