9782707146779

Extrait:

Vous savez, au fur et à mesure que l’on voit la vie normale s’éloigner peu à peu de notre horizon, on s’efforce de trouver des explications très souvent superficielles, du style : « c’est la faute aux français », « nique sa mère ce pays », et petit à petit, on se terre, dans un brouillard, on commence par détester la France, puis on aime pas ces habitants, on idéalise le bled, on croit avoir une identité forte.…..

En fait tout ce que l’on fait, c’est se bousiller la tête, on devient parano, on voit des racistes partout et on se coupe du monde.

Quand on manque de confiance en soi, on s’enferme dans le groupe de ses « pairs » et on se coupe des autres.

A l’époque ou j’étais au lycée , il y avait toute cette image extérieur que l’on doit donner : être contre les  » feujs  » ….contre l’Amérique…pour les arabes.

Mais j’y réfléchi depuis ce matin et je me dit qu’aucun d’entre nous n’était vraiment sincère et qu’en fait on s’en foutait du Moyen Orient….

Je crois que beaucoup de jeunes focalisent sur ces problèmes pour esquiver les nôtres : en gros c’est s’approprier la réalité de quelqu’un d’autre pour fuir la sienne…
C’est plus simple a gérer psychologiquement et intellectuellement…….
Je ne nie pas que certaines personnes sont sincèrement et réellement outré par ce qui ce passe au Proche Orient, mais en prenant notre exemple de la première guerre du golf, on faisait bien les malins mais on était tout contents d’être en France et d’étudier dans un lycée.

« Pays de malheur », de Beaud et Amrani 

 

 

Acheter le livre :