Le nez qui coule que faire? Et à quoi cela correspond-il? Conseils santé et naturelle.

Voici quelques principes simples à adopter. Ces petits plus peuvent devenir des réflexes qui, mis en route le plus rapidement possible, enrayent les infections. Cela vous évitera d’etre victime des épidémies de cette saison.

1871140-inline

Le nez quoi coule…..
C’est souvent le premier désagrément de l’hiver, savez vous que, selon la couleur de l’écoulement, cela ne veut pas dire la même chose? Avant de vous traiter, sachez que quelque soit la couleur de cet écoulement, il correspond à un drainage physiologique naturel destiné à expulser des corps étrangers (particules de poussière, virus, bactéries) entrant dans l’organisme. L’expulsion est parfois violente ( éternuement). Là encore, respectez au maximum la physiologie sans chercher à assécher à tout prix ce fluide nasal avec des thérapeutiques chimiques puissantes. Elles n’auront d’autres effets que d’aggraver le mal en donner l’impression d’une amélioration symptomatique du problème. En réalité, avec ce type de traitement,  vous passerez rapidement d’un écoulement aqueux abondant à un faible écoulement épais et verdâtre, accompagné de fièvre nécessitant peut être une antibiothérapie. Ce traitement est d’ailleurs le plus souvent donné à titre systématique en prévention: évitez ce type de stratégie!

La couleur de l’écoulement.

L’écoulement peut être aqueux ( couleur de l’eau), jaunâtre, verdâtre.
Un écoulement aqueux n’est pas forcément infecté, toutefois il peut être le lit d’une infection futur. Le plus souvent, à cette saison, il est purement vasomoteur, entrainement une hyper-sudation des muqueuses du nez. C’est une réponse physiologique au contraste des températures, mais aussi aux dynamiques du réveil matinal avec la montée en puissance de l’alpha sympathique en lutte contre le para-sympathique pour sortir du sommeil. Au printemps,  il en vas tout autrement: cet écoulement est souvent lié à une réaction de type allergique.
Quoiqu’il en soit, la réactivité est pratiquement toujours la même: vasomotricité, exsudation abondante de mucus, écoulement non-maitrisé du nez ( la goutte au nez) parfois associé à un éternuement.
Lorsque l’écoulement devient très abondant, on parle de catarrhe occulo-nasal: il s’y associe un larmoiement des yeux et , dans ce cas, on est en général au début d’une infection communément appelé rhum du cerveau….

Mon ordonnance naturelle pour maîtriser l’écoulement aqueux:

Avant d’arriver au catarrhe, des solutions simples existent.

règle 1: presser l’écorce d’un citron ou d’une mandarine de façon à ce que les micro gouttelettes d’essence contenue soient propulsées dans le nez.
Ces essences d’agrumes sont vasoconstrictrices et antiseptiques.
Vous trouverez en pharmacie des spray nasaux Homéopathiques.
Vous pouvez aussi inhaler des huiles essentielles de citron ou de mandarines misent au préalable sur un mouchoir ou dans un bol d’eau chaude.

règle 2: nettoyez vous les fosses nasales avec de l’eau de mer médicinale. Vous éviterez ainsi une surinfection. L’eau de mer, sous forme d’ampoule isotonique ou hypertoniques, ou encore sous forme de spray, est en vente en pharmacie.Il existe également des sprays composes d eau thermale soufrée très efficaces.

L’écoulement jaunâtre:
Si l’écoulement devient jaunâtre, vous êtes face à une infection virale qui peut se sur-infecter par la suite avec des bactéries. En plus des lavages à l’eau de mer ou à l’eau thermale soufrée, inhalez des huiles essentielles de ravintsara (cinnamonum comphora) sur un mouchoir. Utilisez en même temps un spray d’oligo-éléments contenant de l’argent ( en pharmacie).

L’écoulement verdâtre:
L’écoulement peut devenir verdâtre, signe d’une infection bactérienne confirmée. Ce pigment vert est produit par une bactérie. L’infection peut n’être que localisée sans fièvre associé ; si elle se généralise, alors la fièvre apparaît. En attendant de consulter votre médecin Faites des inhalations avec des complexes d’huiles essentielles prévues pour cette indication et vendu en pharmacie. Si possible dans un inhalateur ou au dessus d’une casserole.

Publicités