Le Nucléaire ? Réponses de plusieurs personnalités qui gravitent autour du nucléaire.

image

« Un accident nucléaire grave à Fessenheim serait une catastrophe dramatique pour toute l’Europe, un coup de poignard qui anéantirait la vie dans cette région pendant plus de 300 ans. Arrêter Fessenheim est, pour moi, une application du principe de précaution, tant évoqué, qui relève d’un devoir moral vis-à-vis des habitants de l’Europe. »

Jean-Louis Basdevant (Physicien, enseignant pendant 35 ans à Polytechnique).

Gregory Jaczko a été, de mai 2009 à mai 2012, le président de l’autorité de sûreté nucléaire des États-Unis. Tirant les leçons de Fukushima, ses récentes déclarations sont véritablement fracassantes. Les pronucléaires américains le considèrent désormais comme un ennemi… ( voir vidéo ci dessous).

——> Les aveux d’un ex-patron de la sûreté nucléaire : https://youtu.be/kh7h7BahqEo

« Puisque chacun des plus de 400 réacteurs nucléaires qui fonctionnent actuellement dans 32 pays produit de grandes quantités de plutonium qui, une fois chimiquement séparées du combustible usé, peuvent être utilisées pour fabriquer des armes nucléaires de tout type, fiables et efficaces, j’estime nécessaire d’en appeler à un arrêt total et mondial de l’utilisation de l’énergie nucléaire. »

Theodore B. Taylor (ex-directeur adjoint de l’Agence de défense nucléaire des États-Unis, physicien concepteur d’armes nucléaires).

« Jamais aucune centrale nucléaire ne tiendrait le coup économiquement si on devait calculer combien ça coûte en tout ».

Bernard Lietaer (économiste et co-fondateur de la monnaie unique européenne).

« Certaines personnes ont tendance à penser que le nucléaire est très, très bon marché, mais l’éolien offshore est moins cher que le nucléaire. Les gens devraient donc penser que l’éolien offshore est très, très bon marché. »

Connie Hedegaard (Commissaire européenne à l’action pour le climat).

« Fukushima nous a déjà appris quelque chose. Nous avions, sans doute, sous-estimé le cumul des situations, la perte d’alimentation électrique et celle des sources froides par exemple. Ce qui nous oblige désormais à remettre en cause un certain nombre de certitudes. Ce qui est toujours positif. Mais nous sommes encore loin d’avoir tiré tous les enseignements. »

Christian Holbé (analyste en sûreté à l’IRSN – Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire).

« Au cours des huit années que j’ai passées à la Maison Blanche, tous les problèmes de prolifération des armes nucléaires auxquels nous avons été confrontés étaient liés à un programme nucléaire civil. »

Albert Gore (Prix Nobel de la Paix, ex-Vice-Président des États-Unis).

« je songe à l’absurdité de notre mode de vie. À notre folie énergétique… Nous cherchons avidement de nouveaux gisements de pétrole, nous construisons des centrales nucléaires ; mais pourquoi ? Pourquoi faire appel aux combustibles fossiles ou à l’uranium (qui ne sont pas renouvelables, qui polluent…), alors que nous disposons de l’énergie inépuisable, propre, renouvelable, du soleil et du vent ? »

Jacques-Yves Cousteau (explorateur, cinéaste, …).

« dans les zones autour de Tchernobyl, et jusqu’à des distances importantes, on constate encore aujourd’hui de nombreuses personnes qui déclarent des pathologies cardiaques suite à de l’exposition prolongée à de faibles doses, notamment liées au césium qui est dans leur alimentation. »

Olivier Isnard (chercheur à l’IRSN – Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire français).

Publicités