Qui sont ces sites qui ne vous parlent que de complot ?

image

Nous allons ici nous intéresser aux médias internet qui nous parlent sans arrêt de ré-information ou d’infos libres….
Oui, nous souhaitons une (R)évolution mais pas des leurres pour perdre les plus fragiles ou les moins informés. Voici donc le but de cet article y voir un peu plus clair dans cette s nouveaux sites qui proposent de l’information.

****Guilhem Fouetillou, cofondateur de Linkfluence, société spécialisée dans l’analyse du Web social, insiste sur le fait qu’il faut distinguer deux communautés, poreuses mais aux stratégies différentes :

les « alter-info », qui réécrivent l’histoire ;les sites de la « ré-information », tels que Fdesouche, qui se contentent de mettre en relief des faits divers en estimant que ceux-ci parlent d’eux-mêmes.

La « complot-sphère » française est constituée d’une myriade de sites et de blogs. Toutes les tendances sont représentées. Certaines adresses sont antisémites, d’autres versent dans l’occultisme. Beaucoup ne sont pas clairement identifiables. Mais la frontière avec d’autres communautés, notamment la « fachosphère », est souvent poreuse.

Souvent, ces sites se pompent des articles ou des bouts de texte. A chaque fois, on a l’impression qu’il n’y a qu’un très petit nombre de contributeurs (sauf pour Égalité et Réconciliation, qui apparaît beaucoup plus structuré).

La liste ci-dessous est loin d’être exhaustive. Nous avons parcouru les réseaux sociaux à la recherche d’articles véhiculant des thèses complotistes. Puis nous avons contacté Conspiracy Watch pour noucoupaient à peu près leur recensement. 

Au sommaire :

Media-presse-info,
Wikistrike,
Stop mensonges,
Egalité et réconciliation,
Les Moutons enragés,
Réseau Voltaire,
Alter Info.

Media-presse-info

« Il fallait mettre un coup d’arrêt à tout ça »

 

Media-presse-info se présente comme « un média original qui vise la vulgarisation de l’information d’une manière délibérément objective, libre et sans concession. » Il est difficile d’en estimer l’audience, mais elle semble être en nette augmentation, si l’on en croit le classement d’Alexa.

image

La présentation est propre, quasi professionnelle. On repère tout de même quelques sacrés cœurs vendéens et une rubrique « terroirs et clochers ».

Le nom de domaine a été enregistré, en 2013, au nom de Civitas, un organe de catholiques traditionalistes, proches des lefebvristes. Ce groupe s’était notamment illustré en 2011 en manifestant contre la pièce de l’Italien Romeo Castellucci, «  Sur le concept du visage du fils de Dieu  ».

Contacté François-Xavier Péron, dont le nom figure dans le formulaire d’enregistrement du nom de domaine, explique qu’il n’a fait que s’occuper de la partie technique. Mais il reconnaît bien volontiers que ce sont des « gens sur la même longueur d’onde », qui s’occupent du site. Quelques heures après mon appel, son nom est remplacé par celui d’« Agnès-Florence Rousseau » (plus discrète sur Internet) et la mention de Civitas est effacée…

Les signatures sont des pseudonymes. Un certain « Pierre Alain Depauw » répondra à notre e-mail envoyé sur le formulaire de contact du site :

« Medias-Presse.Info n’est pas lié à Civitas. Les structures sont bien distinctes même si nous relayons volontiers les actions de ce mouvement. »

Le nuage de mots-clefs ne laisse en tout cas aucun doute quant à l’orientation de Media-presse-info. Il y est souvent question de « christianophobie », d’avortement, de « lobby homosexuel », avec des positions fortement teintées par le nationalisme catholique. Le site se vante d’être plus consulté que celui de La Croix…

Dans la catégorie « Idées plus proches de vous », est publié un article dont l’auteur (« Louis Lorphelin », qui contribue aussi à Le Rouge & le noir, un blog national catholique) annonce clairement « ne pas croire à la version officielle que les médias nous présentent en boucle ».

Il y reprend les éléments désormais classiques : la carte d’identité de Saïd Kouachi dans la voiture, le suicide d’un commissaire, etc. Mais il se distingue dans l’énoncé des « causes » profondes :

« Mon hypothèse est la suivante  : la République française est en danger. Le FN est aux portes du pouvoir, la France conservatrice s’est réveillée au printemps 2013, la dissidence se porte mieux que jamais sur Internet. Il fallait mettre un coup d’arrêt à tout ça, et vite. »

Pour le reste, le site insiste sur le fait que « le Grand Orient fait la quête » pour Charlie Hebdo et s’indigne de la publication par la revue Etudes (ces mous de « l’église conciliaire ») de certaines caricatures du journal satirique.

Là encore, le mystérieux Pierre-Alain Depauw assure, par e-mail, qu’il ne faut y voir aucun parti-pris :

« Notre objectif est d’informer nos lecteurs de l’existence de ces différentes analyses sans émettre un jugement. Au lecteur, adulte, d’en tirer ses propres conclusions. >>.

Wikistrike

« Rien, ni personne, n’est supérieur à la vérité »

 

Le slogan de Wikistrike ? « Rien, ni personne, n’est supérieur à la vérité. » Le logo est une référence cristalline aux théories conspirationnistes, puisque le W de Wikipédia est accolé à un triangle, classiquement lié aux rosicruciensaux Illuminati ou à la franc-maçonnerie ( « l’œil de la Providence »).

image

Fondé en 2011, le site est prolifique, mais la structure technique en est très basique : il s’agit d’un simple Overblog. Il y est souvent question du « nouvel ordre mondial » et de « pédo-criminalité ». Wikistrike voit aussi dans la quenelle de Dieudonné un « symbole maçonnique » (si, si).

Sur une convocation de justice publiée par le site, on distingue le nom de Ghislain H., alias Ghisham Doyle. Ce nom figure également dans un article de Télérama, qui parle d’un « pot-pourri malodorant qui, entre deux pillages de dépêches de l’AFP, fait sa réclame sur l’existence des extraterrestres autant qu’il traque les signes d’un grand complot mondial ourdi par les puissants ».

Contacté, Ghislain H., 37 ans, habitant de la Seine-Saint-Denis, explique se concentrer sur des revues de presse. Il se base notamment surfr.sott.net, qualifié par Rudy Reichstadt, de Conspiracy Watch, de site de « conspis pathologiques ». Lui se décrit comme « écrivain » (il publie des poésies sur Internet) et assure qu’il tourne autour de « 65 000 visites » par jour.

Stop mensonges

« Des nombres très utilisés par la cabale »

 

Sous une photo de la Terre prise depuis l’espace et un énorme logo en lettres de feu, le site StopMensonges.com publie pléthore d’articles sur des sujets aussi divers que « l’ascension spirituelle », le « sionisme », les « Ovnis » et la « gouvernance des reptiliens ».

image

A la page « Kezako », un certain « Laurent », admin du site, se présente comme « Français vivant aux Etats-Unis » :

« Depuis que j’ai accès à la langue anglaise je ne cesse de découvrir des infos sur le net qui m’étaient jusque la inaccessible en Français. Ces infos sont pour la plupart “incroyables”, difficiles d’accès pour nos cerveaux conditionnés depuis la naissance par les médias officiels, l’éducation traditionnelle… [sic] »

Ses passions ? Les sujets militaro-industriels, les extraterrestres, le religieux, les sociétés secrètes, le « NWO » (nouvel ordre mondial), etc. Petite originalité dans la forme : StopMensonges.com publie sur YouTube de longues conversations menées par Google Hangout entre les lecteurs du site et le prénommé « Laurent ».

image

Le site existe depuis 2012. Plusieurs indices (photos, cache Google, société amie, etc.) semblent le relier à un certain Laurent G., fondateur d’un site internet d’immobilier, basé à Las Vegas. Il n’a pas répondu à nos e-mails et coups de fil.

Comme la plupart des sites du même genre, Stop mensonges fait des appels aux dons via une plateforme PayPal. Sans surprise, les fondateurs des sites restent plus que discrets sur les sommes collectées. Stop mensonges se distingue en publiant des esquisses de bilans comptables : ainsi, 1 410 euros auraient été récoltés, via les dons, entre le 1er novembre et le 31 décembre dernier. A quoi, il faudrait ajouter la « régie publicitaire » (1 042 euros sur les deux mois). Bref, 1 250 euros en moyenne par mois. En soustrayant des dépenses de fonctionnement (serveurs et « dons aux contributeurs »), le fameux Laurent dit gagner 500 euros par mois. Invérifiable.

Egalité et réconciliation

« Une opération menée par le sionisme international »

 

On ne le présente plus. Le site animé par les soraliens, appuyé sur uneassociation du même nom, peut se targuer d’être très fréquenté (276e site en France, selon Alexa).

image

Citant Bakounine, Proudhon ou Sorel, Alain Soral se revendique du « socialisme révolutionnaire » (il résume son substrat idéologique par le slogan « gauche du travail, droite des valeurs ») et y ajoute une grosse dose d’antisémitisme.

Comme le site Fdesouche, Egalite et réconciliation reproduit régulièrement des contenus publiés sur d’autres sites, ce qui floute un peu le message.

Après les attaques terroristes et la garde à vue de Dieudonné, Alain Soral s’est tout de même enflammé contre l’« opération de terreur policière, politique et médiatique menée contre le peuple de France par le sionisme international et l’impérialisme américain » :

« Nous sommes obligés de croire sur parole la version officielle véhiculée par les médias de masse, quand une volonté authentique de démantèlement des réseaux islamistes aurait dû conduire nos forces spéciales – qui en ont largement les moyens – à tout faire pour les prendre vivants, afin de les faire parler… »

Liés à la mouvance dieudo-soralienne, on trouve également les sites Quenel + et Méta TV – animé notamment par le rappeur Tepa, ancien de l’UPR de François Asselineau.

Les Moutons enragés

« Qui profite d’avoir tué Charlie ? »

 

Difficilement classable, ce site émerge en 2010-2011. Sa page de présentation cite deux contributeurs principaux, « Benji » et « Voltigeur » :

« Nous sommes deux moutons non pas enragés mais très enragés qui en avons marre de tous ces petits secrets de l’actualité, nous méritons d’avoir une meilleure info, vous aussi. »

Leurs adresses e-mail ne correspondent à rien d’autre et le nom de domaine a été acheté de façon anonyme. « Benji » finira par répondre à nos courriers. Il dit travailler dans un hôpital. En 2010, sa page sur le forum du site le localise à Martigues (Bouches-du-Rhône) :

« [L’idée du site nous est venue] en commençant à comparer ce qui se disait dans les journaux télévisés et ce qui se disait dans la presse en ligne, lorsque celle-ci n’est pas censurée sur certains sujets. […]

Initialement nous étions deux, et des passionnés nous ont rejoints au fil du temps, ayant décidé de participer à un blog dont la ligne éditoriale s’éloignait de la presse “classique” puisque nous n’avons pas de contraintes comme c’est le cas pour les journalistes en général. »

Il reste elliptique sur les audiences (« Pas tant que cela, rassurez-vous, nous ne vous ferons pas de concurrence… ») et d’éventuelles rentrées d’argent (« Pas vraiment [de monétisation, ndlr], malheureusement… »).

Fidèle à ce principe, Les Moutons enragés republient divers textes et vidéos concernant Charlie Hebdo, avec des titres tels que :

« Qui profite d’avoir tué Charlie ? »« L’homme abattu à la porte de Vincennes était-il menotté ? »

Ils tirent cette espèce de « revue de presse » de blogs tels que Land Destroyer (tenu par le complotiste « Tony Cartalucci ») ou de l’émission d’Emmanuel Ratier, obsédé par les supposés arcanes du pouvoir, sur Radio Courtoisie.

Réseau Voltaire

« Aucun lien avec l’idéologie djihadiste »

 

Le site du Réseau Voltaire est animé par Thierry Meyssan, connu pour son livre consacré au 11 Septembre, « L’Effroyable imposture », dans lequel il attribue la destruction des tours au « complexe militaro-industriel ». 

image

Proche du Hezbollah, Thierry Meyssan est un soutien fervent du régime de Bachar el-Assad.

Quelques heures seulement après la tuerie à Charlie Hebdo, Thierry Meyssan juge que « la mission de ce commando n’a pas de lien avec l’idéologie djihadiste » :

« En effet, des membres ou des sympathisants des Frères musulmans, d’Al Qaeda ou de Daech ne se seraient pas contentés de tuer des dessinateurs athées, ils auraient d’abord détruit les archives du journal sous leurs yeux. »

Il évoque alors la volonté de provoquer une guerre civile et un « choc des civilisations » conçu à Tel-Aviv et à Washington…

Puis il fait évoluer légèrement sa version. L’article de Thierry Meyssan, intitulé. « Charlie Hebdo a bon dos », a énormément été relayé. La thèse tient en quelques mots :

« Le gouvernement a conduit une vaste manipulation pour se mettre en scène en tête d’une grande manifestation populaire et cherche aujourd’hui comment justifier une nouvelle opération militaire en Libye. »

Classique : il s’agirait d’une conspiration pour terminer le « projet états-unien » de « remodelage du Moyen-Orient ».

Alter Info

« Un “false flag” franco-israélien »

 

Cette « agence de presse associative », qui se veut « antisioniste », publie des articles depuis le milieu des années 2000. En 2009, le responsable du site, un certain Zeynel Cekici, basé à Mulhouse (Haut-Rhin), a été condamné à quatre mois de prison avec sursis pour « provocation à la haine raciale, contestation de crimes contre l’humanité et diffamation raciale et religieuse ».

image

Citons aussi les sites de Salim Laïbi (Le Libre Penseur), qui ne cesse de parler d’« IsraHell », et d’Allain Jules (AllainJules.com), « polémiste décomplexé » et franchement conspirationniste. »

En cause, deux articles écrits par le conspirationniste canadien, Henry Makow, dont l’un était intitulé « L’impérialisme du capital juif », et reproduits sur le site. Lors du procès, des journalistes présents avaient vu débarquer le Centre Zahraet Abdelhakim Sefrioui du collectif Cheikh-Yassine (proche du Hamas).

Sefrioui est mentionné dans les statuts de l’association, déposés au tribunal de grande instance de Mulhouse. En 2010, il est identifié comme en étant le secrétaire.

Dans la page « Qui sommes nous ? », Alter Info estime que « l’information concernant le Moyen-Orient est […] diffusée de manière sélective, subjective et en fonction des préjugés manichéens ».

En 2009, L’Express avait réussi à faire parler Zeynel Cekici :

« Nous n’avons aucun tabou. Quand on se donne pour mission de dire la vérité, il faut prendre des risques. […]

Je suis en droit de me poser des questions sur les financiers qui étaient derrière les nazis. 

Quant à nous, nous n’avons pas réussi à joindre par téléphone l’équipe d’Alter Info. Par e-mail, on nous dit « refuser les échanges téléphoniques » du fait de la « malhonnêteté de [mes] confères », qui se « sont comportés comme de braves petits soldats aux ordres. »

On nous donne quand même quelques précisions quant à la fréquentation du site :

« Nous avons plus d’un million de visites pour plus de 750 000 visiteurs uniques, plus de 3,5 millions de pages vues. »

Mit en forme par Cyril Chevrot.

Source : rue89.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s