Contrer la propagande djihadiste par une pédagogie humaniste de l’islam.

image

Si, à travers le monde, les musulmans en état d’autonomie « idéale » (dûment formés aux sciences religieuses, maîtrisant l’arabe, etc.) peinent eux-mêmes parfois à choisir leur référence en termes d’avis juridiques (fatwas) issues de l’iğtihâd par exemple, qu’en sera-t-il de leurs coreligionnaires vivant en France, en manque des repères les plus basiques, et dont la situation scolaire et socio-économique confine parfois à la désespérance. Pour ces personnes, fréquemment des jeunes, les sirènes de n’importe quel discours démagogique exaltant le réveil de leur foi musulmane en sommeil est susceptible de les enrôler avec des conséquences d’une portée totalement incalculable.

Afin de contrer la nocivité de la prédication djihadiste, le choix d’une pédagogie humaniste s’impose et implique de puiser dans une spiritualité traditionnelle et universelle. Des exercices de réflexion par maïeutique, des débats et des activités de compréhension de références issues de la tradition musulmane, chrétienne, juive, bouddhiste voire même athée conduirait nos enfants vers une vision humaniste des solutions aux problèmes contemporains sur des sujets aussi variés que les problèmes de société, le chômage, le racisme, le terrorisme, le féminisme, la violence, l’amitié entre les peuples, l’hygiène, la santé, l’alimentation, la valorisation du travail et l’étude.

Si nous intégrons cette réflexion dans une démarche éducative auprès de notre jeunesse, nous rendrons à nos enfants, musulmans ou non, la conscience et la fierté d’être des acteurs dont aucune action n’est futile… et nous aurons ce faisant pulvérisé une idée-reçue selon laquelle les valeurs humanistes se trouveraient ailleurs qu’en islam comme une plante qui ne fleurirait que chez le voisin. 

Source: Oumma.com

Publicités