La crainte ou l’espoir, par Spinoza.

260px-Baruch-Spinoza

Un peuple libre est conduit par l’espoir plus que par la crainte ; un peuple soumis, par la crainte plus que par l’espoir ; l’un s’efforce de profiter de la vie, l’autre seulement d’échapper à la mort.

Spinoza, traité politique.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s