Menu Accueil

L’Organisation mondiale de la Santé pourrait émettre un rapport affirmant que certaines viandes provoqueraient des cancers.

image

Selon le Daily Mail, le rapport pourrait être dévoilé lundi. Celui-ci ciblerait bacon, saucisses et autres viandes industrielles mais également la viande rouge. Ces aliments pourraient alors être catalogués par l’OMS comme «potentiellement cancérigènes pour l’homme ». Ce faisant, ils seraient placés dans la même catégorie que l’alcool ou la cigarette.

L’organisation n’est pas la seule à avancer cette thèse. Le fond mondial de recherche contre le cancer (WCRF) abonde ainsi en ce sens. «Il y a d’importants indices sur le fait que manger de grande quantité de ce type de nourriture accroit le risque de cancer de l’intestin.»

Plusieurs études ont trouvé un lien entre la consommation de viande rouge et un certains nombres de cancers (côlon, prostate, sein, poumon…). Une nouvelle étude menée par les chercheurs de l’Université de Californie (Etats-Unis) désigne la molécule de sucre « Neu5Gc » comme responsable. Présente dans la viande de bœuf, de porc ou d’agneau, la molécule n’est pas présente dans le corps humain. Et pour cause, le système immunitaire l’élimine parce qu’elle favoriserait l’inflammation et à plus long terme, la formation des tumeurs.

Un risque de cancer 5 fois plus élevé

Pour arriver à ce résultat, les chercheurs ont étudié deux groupes de souris. Le premier produisait naturellement la molécule et les gènes du deuxième groupe ont été modifiés pour ne plus produire la molécule « Neu5Gc ». Après avoir été nourris , le second groupe a montré cinq fois plus de risque de développer un cancer.

image

Plusieurs études ont trouvé un lien entre la consommation de viande rouge et un certains nombres de cancers (côlon, prostate, sein, poumon…). Une nouvelle étude menée par les chercheurs de l’Université de Californie (Etats-Unis) désigne la molécule de sucre « Neu5Gc » comme responsable. Présente dans la viande de bœuf, de porc ou d’agneau, la molécule n’est pas présente dans le corps humain. Et pour cause, le système immunitaire l’élimine parce qu’elle favoriserait l’inflammation et à plus long terme, la formation des tumeurs.

Un risque de cancer 5 fois plus élevé

Pour arriver à ce résultat, les chercheurs ont étudié deux groupes de souris. Le premier produisait naturellement la molécule et les gènes du deuxième groupe ont été modifiés pour ne plus produire la molécule « Neu5Gc ». Après avoir été nourris , le second groupe a montré cinq fois plus de risque de développer un cancer.

PUBLICITÉ

Limiter la consommation de charcuterie

La molécule ne se trouve ni dans le poulet, ni dans le poisson. En revanche, elle se trouve également dans le lait, certains fromages et œufs de poisson. La molécule « Neu5Gc » est produite naturellement par les mammifères mais pas par les humains, ce qui expliquerait pourquoi elle provoque le développement de certains cancers.

image

La directrice de la recherche sur la nutrition au sein de l’Association nationale des éleveurs de bovins, Shalene McNeill, a déclaré que les données scientifiques disponibles ne font pas de liens de cause à effet entre tout type de viande et tout type de cancer.

« Le cancer est une maladie complexe que même les plus brillants esprits ne comprennent pas complètement », dit-elle, ajoutant que « des milliards de dollars ont été dépensés sur des études partout dans le monde et rien n’a prouvé que quelque nourriture que ce soit cause ou guérit le cancer ».

L’agence de recherche de l’OMS a pour sa part indiqué qu’elle ne commenterait pas ces réactions, mais que les résultats de l’étude seront dévoilés en même temps qu’ils seront publiés dans la revue scientifique The Lancet Oncology.

La Société américaine du cancer a rappelé qu’il y a longtemps qu’elle recommande aux citoyens de limiter leur consommation de viandes rouges et transformées.

La viande, un corps étranger

Dans une étude publiée en décembre dernier dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences, des chercheurs ont pour la première fois décrit en quoi la viande rouge pouvait s’avérer nocive pour l’humain. Dans ce rapport, les scientifiques expliquent que le corps réagit à l’ingestion de la viande comme à un corps étranger et provoque une réaction immunitaire toxique.

Ils ont découvert que le bœuf, le porc et l’agneau contiennent un sucre naturellement produit par les carnivores, mais pas par l’homme. Ainsi, manger de la viande déclenche une réponse du système immunitaire qui produit des anticorps, entraîne l’inflammation et éventuellement le cancer.

Source: daylimail, radioCanada, OMS et enfants du Siècle.

Publicités

Catégories :Santé Spécisme, Végétarisme

Tagué:

Cyril CHEVROT.

Humaniste, laïque, rationaliste et spirituel.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :