Un mauvais père, par Élif Shafak.

image

Un mauvais père, c’est comme une arête dans la gorge. On ne sait pas comment elle est arrivée là, mais on ne parvient ni à l’extraire en toussant ni à l’avaler. Même si on s’en débarrasse, il reste quelque chose, une cicatrice permanente que personne ne peut voir du dehors mais qu’on sent toujours en soi.

Élif Shafak.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.