Islamophobie en France.

Après les attentats de Paris :

image

On comptait déjà les morts, on transportait les blessés à la capital. Mais, alors que le reste du monde était en train de découvrir les attentats perpétrés à Paris, les gens enclins à voir de l’islamophobie partout n’ont pas pu s’empêcher de nous ressortir les habituelles petites phrases : « des démagogues vont aussitôt les mettre sur le dos des musulmans », « les attaques parisiennes vont susciter davantage de sentiments anti-musulmans en Europe » ou encore  » les l’islamophobes vont s’en donner à coeur joie « .

Après chaque atrocité commise par des islamistes sur le sol occidental, on entend le même refrain : les musulmans vont le payer. New York en 2001, Madrid en 2004, Londres en 2005, Toulouse en 2012, Paris en janvier dernier. Quel que soit l’attentat le discours est le même: la réaction contre les musulmans ne va pas se faire attendre. Pourtant, cette réaction – » le jour de cristal » de l’islam- ne vient jamais. Il n’y a jamais de progroms contre les musulmans, jamais de manifestations massives de mépris ni se haine envers l’islam. Des graffitis odieux et des tweets désagréables, oui. Peut être et c’est regrettable, un incendie dans une mosquée. Voir, occasionnellement, une agression physique isolée contre un musulman pour la simple raison qu’il est musulman. Mais une réaction vraiment violente, les scénarios cauchemardesques évoqués par ceux qui crient à l’islamophobie, les attaques massives contre les musulmans, tout cela continu à manquer de réalité.

Ce dont l’islamophobie ne manque pas, en revenche, c’est une audience qui veut croire à sa réalité, à la monté d’un sentiment anti-musulman. Cette conviction que l’islamophobie est toujours dans l’air, surtout après une attaque terroriste, ne vient pas d’un contexte social. Non, elle vient d’une peur, une peur des masses, une peur des autochtones. Une peur, en d’autres termes, de la pensée (forcément irrationnelle) des gens, de la manière (forcément instructive et destructrice) dont ils pourraient répondre à une provocation terroriste. Paradoxalement l’islamophobie est donc une peur de la part de l’élite : une phobie des masses née d’une coupure de la classe politique et des médias avec de vastes pans de la société civile qui ne savent même plus ou en est leur population et qui ont peur qu’elle s’embrase derrière leur incompétence et le cynisme de leur politique extérieur.

Paradoxalement, c’est donc l’élite qui a peur de l’islamophobie.

Et donc brandir l’islamophobie à tout bout de champs c’est avoir un avis indexé sur l’élite.

Les mises en garde contre l’islamophobie, ce diagnostic préventif d’une pathologie anti-musulmane qui afflige les masses, ne témoignent pas seulement de la peur que les peuples inspirent aux autorités ; elle le censure également. C’est l’interdiction d’un certain mode pensée : il ne faut pas juger la vision du monde musulman, il ne faut pas critiquer une autre confession. Cette interdiction empêche les gens, à moins qu’ils ne veulent être accusés d’islamophobie, crime inspiré par la haine, de remettre en question et de juger les croyances et les valeurs de ceux qui tuent, oui, au nom de l’islam. Les gens qui invoquent l’islamophobie  craignent la réaction de ceux qui sont jugés. Ils craignent un nouvel assaut islamiste. Ils craignent le retour de flamme.

  Pourtant, critiquer l’islamisme, critiquer les croyances et les principes de ces individus déterminés à détruire le camps des « Kafir » (mécréants), revendiquer et défendre des valeurs qui ont encore toute leur place dans la société occidentale, tout cela n’a rien à voir avec le fait de persécuter des musulmans ou d’interdire l’islam. Le nombre excessif de ceux qui pensent le contraire, qui confondent jugement et intolérance, montre à quel point l’Occident est déjà en train de courir à sa perte.

Tim Black.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.