Combattre un tyran, par Etienne de la Boétie.

image

Ce tyran seul, il n’est pas besoin de le combattre, ni de l’abattre. Il est défait de lui-même, pourvu que le pays ne consente point à sa servitude. Il ne s’agit pas de lui ôter quelque chose, mais de ne rien lui donner.

Étienne de La Boétie, Discours sur la servitude volontaire.

Publicités