Je suis écolo mais….., par Aymeric Caron.

image

Voilà l’un des problèmes de la protection animale en particulier et de l’écologie en général : même si beaucoup observent encore ces prises de position avec condescendance et ironie, chacun est bien obligé de reconnaître qu’elles s’appuient sur des revendications sont les fondements sont justes. Il devient délicat aujourd’hui d’affirmer être indifférent à la souffrance animale et aux destructions de l’écosystème. D’ailleurs, la première chose que vous répond un éleveur ou un boucher c’est : Moi j’aime les animaux ! Sauf que ces mots sont immédiatement suivis d’un « MAIS » : J’aime les animaux, mais…. ou j’aime la nature, mais…. Un peu comme le type raciste qui dirait : j’ai rien contre les arabes, mais….
Ce consensus d’hypocrisie généralisée semble contenter tout le monde, à commencer par ceux, nombreux, qui prospère sur le dos de la souffrance animale.

Aymeric Caron, Antispéciste.

Publicités