Le matérialisme, par Aymeric Caron.

Les choses font de nous des esclaves. L’onéreux appartement que l’on rembourse tout les mois et qui semble notre cocon est en réalité notre prison : les fers à nos pieds sont les traites que nous sommes obligés de rembourser pour y vivre. Les biens non-essentiels nous condamnent aux concessions et aux soumissions : pour maintenir un train de vie ou honorer un statut social, on accepte de prostituer ses idéaux. Aussi, avant de s’endetter, ou avant de se créé des obligations financière, il convient toujours de ce demander : est ce vraiment nécessaire ?

Aymeric Caron, Antispéciste.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.