Regarder en Soi, par Abdenour Bidar. 


S’il fait nuit, il faut d’abord que le regard s’habitue pour que progressivement on distingue quelque chose. C’est ce qui se passe aussi lorsqu’on tente d’y voir clair en soi. Il s’agit de ne pas se laisser décourager par les ténèbres mais de persévérer, de lancer et de relancer son regard en soi comme on fouille l’obscurité avec une torche. Comme dans tout les domaines, le progrès ne vient ici que de la constance dans l’effort, de la patience et de l’obstination avec lesquelles on se voue à cette recherche. Au jour le jour, cela se traduit déjà par quelques minutes prises pour une concentration patiente « au dedans ». Il s’agit tout d’abord de trouver les bonnes conditions, de tranquillité, de quiétude, de silence, pour « tendre l’oreille vers l’intérieur ». À partir de cette attitude fondamentale de vigilance sur quoi fixer son esprit ? C’est là que la liberté commence, c’est à dire l’exercice du choix et du discernement personnel. 

Abdenour Bidar, Les Tisserands.

Publicités