Refuser le voile n’est pas une position raciste ou islamophobe mais une position féministe, par Wassyla Tamzali. 

Tous les défenseurs du différentialisme culturel ne vont pas jusqu’au bout de leur logique séparatiste. Ils reconnaissent le caractère discriminatoire de ces pratiques (du voile), mais ils justifient leur position par la défense des intérêts des petites filles et des femmes qui sont soumises ou qui se soumettent à ces règles. Ainsi des féministes, des intellectuels, des lideurs politiques se lancent dans de nombreuses et longues explications sur les multiples et paradoxaux usages du voile en France, des piscines pour femmes, du refus des maris de voir leur femme auscultées par des hommes ou entrer seules dans le cabinet, même quand le médecin est une femme. Le respect de ces pratiques, disent-ils, permet aux femmes de circuler plus librement, de bénéficier des soins de santé, d’aller à l’école, à la Fac, de travailler, de se faire respecter en banlieues, etc. Bien que louable, le pragmatisme est une manière de baisser les bras devant la réalité. Le pragmatisme, comme le bon sens, sont redoutables. Ils permettent aux doctrines et aux idéologies d’avancer masqués et de s’installer tranquillement dans les sociétés en évitant tout débat de fond. C’est ce que j’avais, en vain, expliqué à un diplomate hollandais qui voulait me convaincre qu’il fallait tenir compte de la réalité de la prostitution, la rendre plus acceptable pour les femmes, plutôt que d’essayer de la combattre. Faire avec, efficace machine à entériner les discriminations. J’ai répondu à ce diplomate que, dans le département des droits de l’homme à l’UNESCO- où j’étais chargée des droits de la femme-, on ne faisait pas avec, mais contre toutes les formes avilissantes de discriminations. Accepter par pragmatisme la prostitution, c’est accepter le système prostitutionnel, et cela n’était pas acceptable ; accepter par pragmatisme le voile, c’etait accepter les causes de la ségrégation sexiste, et cela n’était pas acceptable. Refuser les pratiques néfastes aux femmes, qu’elles soient issues de la tradition islamiques ou très clairement prescrites par les textes coraniques, ce n’est pas être islamophobe, c’est simplement être féministe. 

Wassyla Tamzali, une femme en colère : lettre d’Alger aux européens désabusés.

Présentation vidéo du livre :

Acheter le livre ici :

Publicités