Menu Accueil

L’apartheid de la tolérance culturaliste, par Amin Maalouf. 


Pour qui cherche à comprendre les réalités d’aujourd’hui, la spécificité des religions, des ethnies, des cultures, est une notion utile, mais délicate à manier. Quand on la néglige, on ne saisit plus les nuances ; quand on lui donne trop d’importance, on ne saisit plus l’essentiel. C’est aussi, de nos jours, une notion équivoque. L’apartheid n’était-il pas expressément fondé sur le « respect de la spécificité » des Noirs ? Selon qu’elle était de souche européenne ou africaine, chaque population était censée suivre le chemin auquel sa culture propre la « destinait » ; les uns devaient avancer vers la modernité, les autres devaient se cantonner dans leurs traditions ancestrales.

L’exemple de l’Afrique du Sud peut paraître caricatural et dépassé. Hélas, il ne l’est pas. L’esprit d’apartheid est omniprésent dans le monde d’aujourd’hui, et il continue à se répandre. Parfois avec malveillance, et parfois, au contraire, avec les meilleures intentions du monde.

Qu’on me permette de citer un incident qui s’est déroulé à Amsterdam en ce début de siècle. Une jeune femme d’origine algérienne se présente à la mairie avec un projet qui lui tient à cœur : une sorte de club pour les femmes immigrées de son quartier, afin qu’elles puissent se retrouver entre elles, sortir un peu du microcosme familial, se délasser dans un hammam, et discuter librement de leurs problèmes. Une responsable la reçoit, l’écoute, prend des notes, et lui demande de revenir après quelques semaines pour qu’on lui dise si la municipalité pourra l’aider. La jeune femme s’en va, confiante. Quand elle revient à la date indiquée, elle s’entend dire que, malheureusement, le projet ne pourra pas se faire. « Nous avons consulté l’imam de votre quartier, et il a dit que ce n’était pas une bonne idée. Désolés ! »

Je suis persuadé que la fonctionnaire qui a prononcé ces paroles ne les a pas perçues comme ségrégationnistes, mais au contraire comme éminemment respectueuses. N’est-il pas convenable de s’en remettre à l’avis du « chef coutumier » pour décider de ce qui doit se faire au sein d’une ethnie ?

 

 

 

 

Une question candide vient spontanément à l’esprit : si une jeune Européenne avait présenté un projet, aurait-on remis la décision entre les mains du curé ou du pasteur de sa paroisse ? Evidemment pas. Et pourquoi donc, pourrait-on demander tout aussi candidement ? Les réponses seraient forcément embarrassées. Tout, ici, est dans le non-dit, dans le sous-entendu, et dans le présupposé ethnique. En un mot comme en mille, on agit de la sorte parce que « ces gens-là » ne sont pas comme « nous ». Il faudrait être dénué de sensibilité pour ne pas comprendre que ce « respect » de l’Autre est une forme de mépris, et le révélateur d’une détestation. C’est en tout cas ainsi que les personnes « respectées » le vivent.

 

Présentation vidéo du livre :

Acheter le livre ici :

 

Publicités

Catégories :Fanatisme Laïcité Ma religion

Tagué:

Cyril CHEVROT.

Humaniste, laïque, rationaliste et spirituel.

5 réponses

  1. Il n’y a pas si longtemps, on aurait demandé son avis au curé. Et si le projet avait été trop rouge (« socialiste »), l’avis aurait été négatif. oui, il y a un demi siècle à peu près, en Belgique en tous cas ; et pour les nombreux immigrés italiens de l’époque, le contrôle du « padre » venu d’Italie était une réalité : il pouvait vous dénoncer au patron du charbonnage et au consulat…
    Donc, pour cette employée d’Amsterdam, c’est toujours de contrôle des populations « dangereuses » qu’il s’agit : d’apartheid social.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :