Sexe et genre par Yuval Noah Harari dans Sapiens.  

 


Il n’y a pas grand sens à affirmer que la fonction naturelle des femmes est de donner naissance ou que l’homosexualité est contre nature. La plupart des lois, normes, droits et obligations qui définissent masculinité et féminité sont un reflet de l’imagination humaine plutôt que de la réalité biologique. Biologiquement, les humains sont eux aussi divisés en mâles et en femelles. Un Homo sapiens mâle a un chromosome X et un chromosome Y, quand une femelle a deux X. En revanche, « homme » et « femme » sont des catégories non pas biologiques, mais sociales. Alors que, dans la grande majorité des cas, dans la plupart des sociétés humaines, les hommes sont des mâles et les femmes des femelles, les termes sociaux portent un bagage qui n’a, au mieux, qu’un lien ténu avec les termes biologiques. Un homme n’est pas un Sapiens avec des qualités biologiques particulières telles que des chromosomes XY, des testicules et beaucoup de testostérone. Il s’inscrit plutôt dans une case de l’ordre humain imaginaire de sa société. Les mythes de sa culture lui assignent des rôles masculins particuliers (participer à la vie politique), des droits (voter) et des devoirs (service militaire). De même, une femme n’est pas une Sapiens avec deux chromosomes X, une matrice et plein d’œstrogène, mais une femelle membre d’un ordre humain imaginaire. Les mythes de sa société lui assignent des rôles humains uniques (élever des enfants), des droits (celui d’être protégée de la violence) et des devoirs (obéir à son mari).

Comme ce sont les mythes, plutôt que la biologie, qui définissent les rôles, les droits et les devoirs des hommes et des femmes, le sens de la « masculinité » et de la féminité » a immensément varié d’une société à l’autre. Pour dissiper la confusion, les spécialistes distinguent habituellement le « sexe », qui est une catégorie biologique, du « genre », qui est une catégorie culturelle. Le sexe est divisé entre mâles et femelles, et les qualités de cette division sont objectives et sont demeurées constantes tout au long de l’histoire. Le genre est divisé entre hommes et femmes (certaines cultures reconnaissent d’autres catégories). Les qualités dites « masculines » et « féminines » sont intersubjectives et ne cessent de changer. Par exemple, en matière de comportement, de désir, d’habillement, voire de posture du corps, on n’attend pas du tout des Athéniennes modernes ce qu’on attendait des femmes dans la Grèce antique.

Mon avis sur le livre en vidéo :

Acheter le livre ici :

 

 

 

 

2 commentaires

  1. Votre article relève de la mythologie féministe et de l’obscurantisme du genre.

    Il n’existe aucune distinction entre le sexe et le genre, sauf l’idéologie politique et totalitaire que recouvre la notion même de ces conceptions.

    Ne vous en déplaise, les singes mâles préfèrent jouer avec des voitures et les singes femelles préfèrent jouer avec des poupées.. seraient-ce que ces affreux singes seraient comme nous victimes de stéréotypes et de conditionnements de genres ?

    C’est aussi valable pour les humains, même si l’idéologie du genre et les obscurantismes mondialistes et transhumanistes qui s’y rapportent s’évertuent à nier ces études scientifiques qui ne vont pas le sens de la justification de leurs désirs transhumanistes et pathologiques pour l’Homme.

    Les différences de phénotypes entre les hommes et les femmes sont la cause de différences de comportements qui eux-mêmes induisent ce que vous qualifiez de stéréotypes, qui ne sont pas des stéréotypes mais des faits.

    C’est en Suède qu’il y a plus faible pourcentage de femmes ingénieurs au monde et c’est en Inde qu’il y a le plus fort taux de femmes ingénieurs au monde. Tout simplement parce que les femmes ne choisissent de devenir ingénieur que sous la contrainte alimentaire (en Inde), alors que lorsqu’elles ont un véritable choix de carrière (en Suède) elles ne souhaitent pas embrasser ces professions, pour préférer d’autres professions reliées à des activités plus empathiques ou sociales (infirmière etc.)..

    Ce ne sont pas des stéréotypes mais une réalité que vous niez par idéologie politique du genre.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.