Les pré-requis idéologiques pour être dans un environnement démocratique dans un pays religieux ? 

Pour la démocratie, vous devez avoir au moins deux piliers. Le premier est le pluralisme, le deuxième les droits de l’homme. Pour ce qui est du pluralisme, il est assuré quand vous reconnaissez le caractère historique constitutif des interprétations. En effet, quand vous acceptez la théorie de l’évolution du savoir  (c’est à dire tous les développements que l’on trouve en dehors de la sphère de la religion, notamment les progrès faits en sciences naturelles, en philosophie, etc.), vous ne pouvez que conclure que l’interprétation religieuse est une nature pluraliste. Un état religieux informé par le pluralisme est plus proche de la démocratie que l’État qui ne l’est pas.
Quoique les musulmans n’aient pas parlé des droits de l’homme dans le passé, nous devons nous préparer à améliorer notre compréhension de la condition humaine. Les musulmans ont toujours parlé des devoirs de l’homme : nous devons aussi parler des droits. Mais la chose la plus importante à dire ici est que les droits de l’homme proviennent d’ailleurs que de la religion. C’est un peu comme l’idée du libre arbitre : sommes-nous nos propres maîtres, ou sommes nous prédéterminés à certains comportements ? Ce n’est pas une question à laquelle vous pouvez répondre par la doctrine. Vous devez décidé si vous êtes une personne libre ou si vous êtes programmé. De la même façon, l’idée des droits de l’homme se discute hors de la religion parce qu’elle précède la croyance. Afin de suivre une religion particulière, la liberté d’exercer cette option doit vous êtres ouverte.
Abdul Karim Soroush, cité par Rachid Benzine dans « les nouveaux penseurs de l’islam » chez Albin Michel. 


Présentation vidéo du livre :

Pour acheter le livre au meilleur prix : 

Pour me soutn;,n
//www.tipeee.com/cyril-chevrot/embed/button

Publicités