Pourquoi l’Islam est DEVENU légaliste, par Rachid Benzine.

Acheter le livre de suite au meilleur prix :

Avec toutes ces écoles de jurisprudence qu’on voit aujourd’hui, le juridique l’a emporté partout, dans un souci de domination et d’harmonisation politique tandis que le théologique et le spirituel ont été marginalisés. De nos jours, surtout depuis une quarantaine d’années, la jurisprudence est en inflation. Tout est réglé à coups de décisions juridiques, de fatwas: ai-je le droit de faire ceci, de faire cela? Ce phénomène -contemporain- a plusieurs sources, parmi lesquelles la création de l’université de Médine, en 1961, par les savants religieux wahhabites alliés de la famille des Ibn Seoud: elle a acquis depuis un rayonnement mondial.

Au XVI siècle, cette famille de chefs tribaux, soucieuse de dominer toute l’Arabie, s’est associée au savant ultra-réactionnaire Muhammad ibn’ Abd el-Wahhaâb par un pacte toujours respecté par leurs
descendants ou disciples. Après être parvenus à arracher aux descendants de la famille du Prophète (les Hachémites) les cités saintes de La Mecque et de Médine, et à prendre le contrôle de l’essentiel de la péninsule au prix de dizaines de milliers de morts (l’Arabie est devenue « saoudite» en
932), notamment grâce à la confrérie militaire des Ikhwân (les « frères »), les Seoud, sous la pression des savants religieux wahhabites et grâce à l’argent du pétrole, ont fait le choix d’une «réislamisation» du monde selon leur conception de l’islam, autrement dit d’une «wahhabisation» de l’islam.

Savants et princes de l’Arabie saoudite réfutent cependant l’appellation de «wahhabites», affirmant n’être que des «salafistes», c’est-à-dire des « suiveurs » des premiers compagnons du Prophète (le mot salaf désigne les pieux ancêtres). Mais leur islam singulier, qui rejette toute «innovation blâmable» inscrite dans l’histoire et dans les cultures, est devenu influent partout et se montre capable de transformer l’islam traditionnel des différentes contrées musulmanes ou des pays d’immigration.

La visée éthique de l’islam ainsi que sa composante théologique disparaissent ainsi au profit de la dimension

normative.

Le salafisme actuel – qu’il s’inspire plus ou moins consciemment de l’islam saoudo-wahhabite ou du
mouvement puritain des Frères musulmans- est en train d’imposer partout sa version légaliste de l’islam, un islam juridique finalement très pauvre intellectuellement et spirituellement. La question du voile, par exemple, est
devenue purement juridique. II en va de même pour l’obligation de se laisser pousser la barbe ou non, de la «tenue islamique» que le « vrai musulman » devrait porter à la suite du Prophète, etc.

L’islam et les musulmans
d’aujourd’hui crèvent ainsi de la norme, de prescriptions
qui sont le fruit d’une histoire longue et complexe parfaitement contingente.

Rachid Benzine, Des mille et une façons d’être juif ou musulman.

Je vous présente le livre en vidéo :

Acheter le livre au meilleur prix en cliquant sur l’image :

Publicités