Les musulmans d’aujourd’hui sont-ils en crise identitaire ? Par Élif Shafak.

🕌🇹🇷

Conversation entre deux musulmanes Mona – voilée et ultra-croyante – et Shirine – musulmane de Culture – qui emménagent ensemble dans une maison proche de l’Université pour leurs études :

Shirine : À notre crise existentielle collective !

Mona : Parle pour toi.

Shirine : Alors tu es dans le déni. En ce moment, nous autres musulmans nous traversons une crise d’identité. Surtout les femmes. Et les femmes comme nous encore plus !

Mona : C’est à dire ?

Shirine : C’est à dire, celles qui sont exposées à plus d’une culture ! Nous posons des questions énormes. Tu peux aller te rhabiller, Jean Paul Sartre. Prends-en de la graine. Nous vivons une crise existentielle comme tu n’en as jamais vu !

Mona : Je n’aime pas du tout ce genre de discours. Qu’est-ce qui te fait croire que nous sommes si différents des autres ? Tu parles comme si on venait d’une autre planète.

Shirine : Hé-ho, réveille-toi, ma vielle ! Il y a des cinglés en vadrouille qui font des trucs complètement tordus au nom de la religion, notre religion. Peut-être pas la mienne, mais la tienne sans aucun doute. Ça ne te tracasse pas ?

Mona (le menton belliqueux) : Qu’est-ce que ça a à voir avec moi ? Tu demandes à chaque chrétien que tu rencontres de demander pardon pour les horreurs de l’Inquisition ?

Shirine : Si on vivait au Moyen-Âge, oui, j’aurais sûrement fait ça.

Mona : Ah, alors aujourd’hui les chrétiens et les juifs sont tous des petits anges ? Tu as déjà franchi un poste de contrôle à Gaza ? Je parie que non ! Et le génocide au Rwanda ? Srebrenica ? Tu tiens pas tous les chrétiens du monde pour responsable de ces atrocités, et tu as raison. Mais dans ce cas, pourquoi tu reproches à tous les musulmans les actes d’une bande de tarés ?

Shirine : Bien-sûr, il y a des monstres aussi parmi les chrétiens et les juifs, c’est à nous de condamner toutes les formes d’intégrisme, d’où qu’elles viennent. Mais tu ne peux pas nier qu’en ce moment il y a plus de fanatique au Moyen-Orient que partout ailleurs. Tu peux sortir seule en Egypte sans te faire agresser ou violer ? Et ne parlons pas des rues à la nuit tombée. Je connais personnellement des femmes qui ont été harcelées pendant le pèlerinage. Dans des lieux sacrés ! En plein jour ! Devant des agents de police saoudiens ! Les femmes ne parlent pas de ces choses-là parce qu’elles sont gênées. Pourquoi c’est nous qui sommes gênées et pas les agresseurs ? Il y a un paquet de choses que nous devons remettre en question.

Mona : Des questions je m’en pose. Je remets en cause l’histoire. La politique, le paupérisme. Le capitalisme. L’écart des revenus. La fuite des cerveaux. L’industrie des armes. Et n’oublie pas l’héritage honteux du colonialisme. Des siècles de pillage et d’exploitation. Voilà pourquoi L’Occident est si riche ! Laisse L’Islam tranquille et intéresse toi un peu aux problèmes de fond.

Shirine : Typique ! Accusons les autres de nos problèmes. Tout ce que je dis c’est que les défis à relever aujourd’hui pour un jeune musulman sont plus profond que ceux que rencontre un moine bouddhiste ou un prêtre Mormon. Acceptons-le.

Mona : Je n’accepte rien du tout. Tant que tu as des préjugés contre ta propre religion, ce n’est pas possible d’avoir une vraie conversation.

Shirine : Et c’est reparti. Dès que j’ouvre la bouche et que je dis ce que je pense, tu te sens offensée. Quelqu’un peut me dire pourquoi les jeunes musulmans sont si facilement offensés ?

Mona : peut-être parce-que nous sommes attaqués de partout ? Chaque jour je suis obligé de me défendre alors que je n’ai rien fait de mal. Il faut que je « prouve » que je ne suis pas une terroriste suicidaire en puissance. Je me sens tout le temps surveillée – tu imagines comme sa rend solitaire ?

Shirine : Toi, solitaire ? Arrête ! Tu as des millions de gens qui marchent avec toi. Des gouvernements. La religion conventionnelle. La presse grand public. La Culture populaire. Tu penses aussi que Dieu est de ton côté, ça doit aider. Qu’est-ce qu’il te faut de plus comme compagnie ? Tu sais qui sont les vrais solitaires dans notre région ? Les athées. Les Yezidi. Les homos. Les travelos. Les écolos. Les objecteurs de conscience. Ce sont eux les parias. A moins que tu ne fasses partie d’une de ces catégories ne viens pas te plaindre d’être solitaire !

Mona : Tu ne sais rien. Je me suis fais harceler, insulter, jeter d’un bus, traiter comme si j’étais une simple d’esprit – tout ça à cause de mon foulard. Tu n’imagines pas à quel point j’ai été maltraitée ! Ça n’est qu’un petit bout de tissu.

Shirine : Alors pourquoi tu le portes ?

Mona : Parce-que c’est mon choix, mon identité. Je ne me soucie pas de tes façons de faire, pourquoi tu te soucies des miennes ? Qui est libérale ici, réfléchie !

Shirine : Foutue ignare. D’abord rien qu’un, puis dix, puis des millions. Avant que tu ne t’en avises, tu vis dans une république de foulards. C’est pour ça que les parents ont quitté l’Iran : ton petit bout de tissu nous a fait partir en exil !

(Texte mis en forme par C.Chevrot pour faciliter la lecture sans changer le sens et dans tout dévoiler pour garder l’intérêt de lire le Livre)

Élif Shafak, Trois filles d’Ève

Je vous présente le livre en vidéo :

Acheter le livre en cliquant sur l’image :

Publicités