Trajectoires de vie. Par Cyril CHEVROT

5d07a5bf-dc8d-4e23-8755-e26e96b5ddcb

Je voudrais vous raconter l’histoire d’une trajectoire, ou peut-être de plusieurs trajectoires, d’un chemin, de chemins, d’une course, de plusieurs courses, d’un itinéraire au milieu de bien d’autres. Petit nous arrivons dans un monde, une micro société, et nous tissons des liens avec nos entourages proches. Nous construisons des liens avec notre famille pour commencer, avec nos amis plus ou moins proches, ensuite.

Ces liens vont s’intensifier au fur et à mesure du temps, jusqu’à devenir de la fraternité, de l’amitié, de l’amour parfois.

Pendant ces instants de bonheur, mais aussi, simultanément, d’inconsciences, d’insouciances, qui ne nous interrogent pas encore sur la fragilité des relations humaines et sur la finitude de la vie, nous pensons avoir l’éternité pour nous.

Nous pensons que ceux avec qui nous avons tissé des liens, lié nos chemin, seront là, toujours dans notre vie, fidèles, identiques, à nos côtés pour l’éternité peut-être mais pour la Vie entière au moins, si nous le voulons.

Ce qu’on ne sait pas encore lorsqu’on est dans l’inconscience de l’enfance, et parfois un peu après aussi, à l’adolescence, c’est que nos cœurs sont lancés sur des routes sinueuses, différentes de chaque autre individu en ce monde, même ceux qui nous sont le plus proche…..

Nos affinités, nos prédispositions, nos tares, nos aspirations, nos renoncements, nos victoires, nos échecs, nos illusions, nos aveuglements, nos lucidités, nos croyances, nos peurs, nos doutes, notre mort, nos morts, nos choix de vies, tous ces éléments constitutifs de la vie normale et quotidienne d’un être de chair, de sang et d’humaine condition, vont séparer les « amis de 20 ans », les couples jadis amoureux, les frères, les sœurs, les familles, les parents, les enfants parfois, les petites ou grandes âmes qui se sont aimées pour un temps où pour plus longtemps.

Pour quelques jours ou quelques années, pour quelques heures ou la moitié d’une vie. Ces êtres qui sont entrés dans notre vie doivent en repartir tel des étoiles filantes lancées sur un chemin différent du notre.

Nos cœurs aimants sont lancés sur des chemins différents, c’est vrai, mais je voudrais avoir, aujourd’hui, une pensée pour tous ceux que j’ai croisé, que j’ai aimé, toutes ces étoiles filantes qui m’ont accompagnées pendant quelques temps, quelques instants éphémères et qui, aujourd’hui, m’ont quitté. Que la vie m’a ravi, qui ont suivi leur route ou que j’ai quitté pour suivre la mienne. Sachez que je n’oublie rien ni personne. Vivant ou non, encore proche de moi ou non, vous continuez, et vous continuerez de vivre non loin de mon cœur, dans mon « coffre fort » de souvenirs, ma mémoire.

Je voulais juste rendre hommage à ces moments de plaisir ou de bonheurs éphémères que la vie nous offre et nous reprend très vite, trop vite. Parfois nous oublions « d’abuser » de ces moments pensant que nous avons le temps. Comme le disait en substance Khayyam : » tu es venu de la poussière tu finiras comme une insignifiante poussière…. » Mais entre ces deux moments qu’est-ce qui a vraiment de l’importance ?

Alors je vais continuer mon chemin. Je continuerai à me soumettre à la vie qui rassemble les étoiles filantes avant de les séparer pour toujours. Mais dans ce qu’il me reste de chemin je vais tâcher, autant que faire ce peu, de ne pas oublier que tout est fragile et éphémère, que les chemins se croisent et se séparent, que les « jolies danses » et les beaux moments sont rares, et que donc, que je dois en profiter au maximum avant qu’ils ne s’évanouissent dans l’immensité du cosmos ou de l’oubli.

A ceux qui mon rendu heureux, même quelques heures, à ceux qui m’ont aimé, même quelques heures, à ceux qui me manque, à ceux qui sont proches de moi et que j’aime, à la vie, à la mort……..
Je suis en vie, je vous aime.

Cyril CHEVROT.

Publicités