L’amour est un océan, la raison sa riveraine.

Que peut faire un riverain sinon observer l’océan ? Si la raison se faisait guide en amour, aucun nageur n’arriverait vivant sur le rivage. Devant l’amour qui inonde le cœur et l’âme, la raison est une étrangère, la sagesse un nouveau-né. Ceux qui s’introduisent derrière le rideau de l’Être laissent leur existence pour entrer dans le néant. Tu cherches tous les moyens pour que l’amour, le temps d’un instant, te révèle son secret. Tu peux suivre ce chemin une éternité, tant que tu restes toi, on ne pourra rien pour toi. Comment peux-tu savoir la douleur de l’amour, si ton cœur n’a pas subi ses blessures ? Tous les mille ans, seule une étoile se dirige du ciel de l’amour vers la constellation du cœur.
‘Attâr, si tu descends de la monture des deux mondes, tu ne verras aucun cavalier à ton égal.

Farid-ud Din Attar.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.