Différence entre la multiculturalité d’un pays et l’organisation multiculturelle. Par Fatiha Boudjahlat.

téléchargement

Le multiculturalisme n’est pas la réalité multiculturelle, c’est l’agenda idéal porté par les islamistes et les indigénistes. Il faut distinguer le multiculturalisme de la multiculturalité. Le premier est le prise en compte institutionnelle, juridique et politique de la seconde, qui est une donnée empirique que nul ne peut contester et qui est caractéristique de nos sociétés. A défaut de convertir et de subvertir nos sociétés démocratiques, ils devraient, d’après eux, à tout le moins bénéficier d’un régime dérogatoire. Comme en avait bénéficié, en leur temps les Afrikaners ( 1).

Le multiculturalisme est la seule façon de donner une traduction politique et spatiale à la différentiation ethnique des droits. Pour se faire il faut s’assurer de l’étanchéité de la clôture , que ces autres soient bien autre, de leur traçabilité et qu’ils ne se mélangent pas à nous, dans les faits comme dans les prétentions. la religion joue un rôle précis, à condition d’être associée à l’origine ethnique des fidèles. Une fois cette opération réalisée, elle peut accomplir le rêve des islamistes, des identitaires et des indigénistes, à savoir créer une servitude volontaire qui  » avilit l’homme au point de s’en faire aimer ».  Associée à des phénomènes socio-économiques de ghettoïsation, elle est a l’origine de la constitution d’îles consulaires dans les quartiers. Se crée sur notre territoire un apartheid, terme don l’étymologie est française. Par l’observance religieuse, un état de fait insupportable devient, par un effet de surcompensation, une revendication portée par des membres des minorités. Et qui ne vivent leur liberté que dans l’exercice d’obligations religieuses. Ainsi la liberté devient elle, pour eux, une sorte d’enceinte.

 

La religion circonscrit à des espaces, à des territoires, parce que l’entre soit subit est devenu volontaire, parce que l’exigence d’emploi, d’école, de mixité, s’efface au profit des réclamations religieuses. Elles renforcent le pouvoir des gardiens religieux : plus de mosquées, plus d’espaces non-mixtes. La non-mixité pouvant, même, dans certains cas, devenir un argument commercial.

 

 

(1) : Voir la définition en cliquant ici.

 

Fatiha Boudjahlat, « Le grand détournement ».

Présentation vidéo du livre :

Acheter le livre au meilleur prix en soutenant le site :

 

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.