L’argument des féministes « intersectionnelles » et des féministes « différencialistes » pour nier l’universalité du féminisme.

L’argument avancé pour nier l’universalité des droits des femmes est d’en faire une spécificité, l’expression de l’arrogance des blancs, ce que d’autres appellent « l’ethnocentrisme ». Ce qui est bon pour les femmes occidentales ne l’est pas forcément pour les femmes en général, et pour les femmes orientales en particulier. Mais que faire des femmes orientales nées et vivant en Occident ? Il y aurait donc un féminisme blanc et un féminisme Oriental, parce-que la femme occidentale serait différente de la femme orientale. En plus de cautionner un orientalisme ethnique, il faudrait être cohérent et dire qu’il y a autant de féminisme qu’il y a de communautés ethniques, sans tenir compte des frontières. Il faudra assumer que le féminisme n’est plus qu’un combat pour obtenir le maximum de ce que les femmes peuvent obtenir dans le cadre mental, culturel, juridique, de leur communauté ethnique.

Fatiha Boudjahlat, « Le grand détournement ».

Présentation vidéo du livre :

Acheter le livre au meilleur prix en soutenant le site :

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s