Présentation du livre « L’ASSIGNATION, les Noirs n’existent pas » de Tania De Montaigne.

30740911_10216386222956466_7943205546852627650_n

Aujourd’hui je vous présente un livre court mais très intéressant qui traite de racisme et de communautarisme. C’est un livre de l’auteure Tania de Montaigne chez GRASSET. L’auteure nous raconte une partie de sa jeunesse en lien avec le sujet du livre et en lien avec une chose qui parait très importante en ce monde : Sa couleur. Elle est noire. Elle nous raconte avoir appréhendé le fait d’être « noire » avant de comprendre, sous la pression de son environnement, que l’on peut également être « Noire ». La différence entre l’un est l’autre « N »oire et « n »oire » est une croyance commune qui est encore en chacun de nous et qui se nomme la croyance en la Race. Voilà l’angle de ce livre qui expose une analyse de la société actuelle avec quelques retours historique pédagogiques sur l’esclavage des Africains et quelques expérience de vie de Tania De Montaigne pour illustrer le propos. Un livre percutant, agréable à lire que je vous recommande vivement.

Bref un livre que j’ai beaucoup aimé, fermement antiraciste, anti-communautariste et fermement engagé pour la seule communauté qui vaille : la communauté humaine !

Cyril.

Acheter le livre :

Voici quelques extraits du livre :

Les Noirs, comme tous les êtres en majuscules, n’ont pas le droit d’être moyens ou communs, ils sont extraordinaires (arguments des défenseurs des Noirs, des Juifs, des Musulmans…..) soit bon à rien (thèse des nationalistes), il n’y a pas d’entre deux.

Ainsi, il m’arrive régulièrement de croiser des personnes qui trouvent les Noirs « géniaux ». « Vous avez tout compris », me disent ils alors. Le « vous » s’adressant à l’ensemble des Noirs. À charge pour moi de transmettre le message aux autres puisque, forcément, je les connais tous.

Ces personnes qui « adorent » les Noirs – appelons les les Noirs friendly – se pensent ouvert d’esprit et tolérants, utilise régulièrement cet argument du « Noir génial » pour justifier de l’intérêt de l’antiracisme. C’est la vertu des êtres en majuscules qui explique qu’on les défende. La logique étant : il faut être gentil avec les Noirs, les Juifs, les Musulmans, les Jaunes, leur culture représente une telle richesse. Souvent, en plus de me trouver « géniale », les « Noirs friendly » ont beaucoup de peine pour moi. Ils croient réparer une faute, celle de l’esclavage, en se comportant comme si j’arrivais directement d’un champ de coton, et en m’offrant leur honte pour se faire pardonner. Le « Noir friendly » se fait alors « blanc honteux », et les communautaristes s’en réjouissent.

Ils apprécient plus que tout cette catégorie de personnes repantantes prête à admettre tour ce que vous dites sans questionner puisque vous êtes Noirs, Juifs, Musulmans…..et que vous avez beaucoup souffert. C’est à eux que Frantz Fanon s’adressait en écrivant : « vais-je demander à l’homme blanc d’aujourd’hui d’être responsable des négriers du XVIIè siècle ? Vais-je essayer par tous les moyens de faire naître la culpabilité dans les âmes ? Les communautaristes essaient et ça marche.

Pour les « Noirs friendly », les « blancs honteux » et les communautaristes, vous êtes Noir donc victime, et, de ce fait, vous avez raison, quoi qu’il arrive. La souffrance prime. C’est pourquoi quand un jeune homme qui se croit Musulman écrit :  » les blancs vous devez mourir » ou « Faites entrer Hitler pour tuer les Juifs » ou « Vive les PD, vive le SIDA avec Hollande », on entend seulement les commentaires nauséabonds de l’extrême droite et, autour, un grand silence en forme de cordon sanitaire. Personne pour condamner ces sorties abjectes. Personne pour considérer que celui qui parle est un être responsable et singulier.

Les « Noirs friendly », les « blancs honteux » et les communautaristes ne peuvent rien en dire, puisqu’on ne peut pas parler d’un seul sans parler de tous. Dire, ce serait pointer du doigt tout le groupe. Alors bouche cousue. Dans le silence des « blancs honteux », j’entends distinctement l’écho de la Race, car lorsque ces propos sont tenus par des Blancs, ces mêmes personnes n’ont aucun mal à les qualifier pour ce qu’ils sont, des propos homophobes, antisémite et raciste. Mais, dans ce cas precis, dire, ce serait accuser une victime. Alors, silence.

Les « Noirs friendly » me font penser à ces hommes qui « adorent » les femmes. Elles nous sont tellement supérieure ! Disent-ils à l’envi. Ils les voient comme des êtres à part et s’envisagent à distance de ceux et celles qu’ils aiment tant. Raison pour laquelle tous les « Noirs friendly », les « Adorateurs des femmes » peuvent faire des tribunes enflammées pour les défendre tout en ne remarquant pas qu’ils évoluent la plupart du temps dans des environnements dépourvu de femmes ou de personnes non blanches. Trop occupé à les envisager comme des êtres spéciaux qui ont des problèmes particuliers, les « Noirs friendly » ou les « Adorateurs des femmes » s’organisent inconsciemment dans l’idée qu’ils n’ont pas de raison légitime de se sentir aussi concerné que le groupe auquel le problème renvoie. Il existerait des « problèmes de Femmes », « des problèmes de Noirs, de Juifs, de Jaune… »dont seuls les Femmes, les Noirs, les Musulmans, les Juifs et les Jaunes pourraient dire quelque chose. Des problèmes qui seraient donc liés à leur Nature, pas à la culture.

Tania de Montaigne, L’ASSIGNATION, les Noirs n’existent pas.

Présentation vidéo du livre :

Extrait du livre :

Une Noire, comme un Juif, un Arabe, un Jaune….c’est quelqu’un qui n’est pas d’ici, même s’il est là depuis des siècles. La Noire, comme le musulman, le Juif, la Jaune….est forcément d’ailleurs. Éternellement étrangère. Et tous les partis nationalistes du monde vivent l’obsession de cette Étrangeté constitutive. « On est chez nous ! », lancent ils pour pointer du doigt cette impureté fondamentale. Les nationalistes se veulent défenseurs des peuples « légitimes » qu’ils nomment « de souche ». Ils se donnent pour mission de préserver une patrie idéale où tout le monde serait semblable : un paradis sur Terre. Pour eux, le fait qu’il y ait des français non-blancs ou non-catholiques depuis des siècles n’est pas une donnée recevable.

Le rêve de l’extrême droite, c’est l’idéale du Même, de l’exactement pareil. Avez vous remarqué les mots « pur » et « pureté » sont les plus déclinés dans la langue nationaliste. Ils semblent même n’avoir été inventé que pour elle. Qui rêve de « pureté » à part le fascisme ? Qui croit qu’une civilisation peut perdurer sans s’être mélangé ? Les nationalistes rêvent d’un avant qui n’a jamais existé, où tout était simple, où tout le monde se ressemblait. C’est pour retrouver ce paradis perdu qu’ils traquent l’éternel étranger. Comme des chercheurs d’or ils veulent séparer le bon grain de l’ivraie.

Tania de Montaigne, L’ASSIGNATION, les Noirs n’existent pas.

Acheter le livre :

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s