Islamisme et terrorisme. Par Sonia Mabrouk

40104059_10217378658446733_7300667825868242944_n

Après avoir raconté la lutte – et la victoire -, de tunisiens et de tunisienne, contre le terrorisme à Kasserine en 2016, la grand-mère de Sonia Mabrouk appelle sa petite fille et dit :

Tu sais, on se bas contre le terrorisme. Il faut faire arrêter de dire que les musulmans ne font rien. C’est de la désinformation. Nous sommes victimes de cet islam dénaturé. Quand je dis ça, ma petite fille, je ne cherche pas à cacher d’autres réalités, je sais que la Tunisie fournit le plus grand nombre de djihadistes. Seulement il faut tout dire : le noir et la couleur, le cauchemar et l’espoir. Je te dis là ce que je pense, je le fais avec mes tripes et mon cœur.

Acheter le livre ici :

[……….]

Il nous faut réagir ! Arrêtons de dire que tout cela n’a rien a voir avec l’islam. Nous sommes tous des victimes, mais il nous faut comprendre pourquoi il y a cette part de religiosité dans le le djihadisme. Ne pas le reconnaître serait une grave erreur.

Le djihadisme a une composante politique et religieuse. Bien-sûr, les terroristes font dire n’importe quoi aux textes religieux. À nous, aux musulmans, de rétablir la vérité ou du moins la vision de l’islam contemporain.

Si on ne le fait pas avec force, ces menteurs et ces traitres prendront peu à peu le dessus. Qui peut croire que ces textes, symbole d’une époque révolue et de guerres médiévales d’antan, peuvent être appliqués aujourd’hui ?

[……….]

Acheter le livre ici :

Il y avait une foule noire et compacte dans les artères de ces grandes villes. Des jeunes, des moins jeunes et même des vieillards comme ta mamie. En me réveillant le lendemain, j’ai compris que ça resterai un rêve.

 

 

J’ai fait un rêve que je voudrais te raconter.
Garde-le pour toi, Sonia. Je ne voudrais pas que les autres se moque de moi. J’ai rêvé que des millions de musulmans à travers le monde défilaient dans les rues de Tunis, du Caire, d’Amman, de Paris ou de New-York pour dire aux djihadistes de Daech qu’on les aura ! Il y avait une foule noire et compacte dans les artères de ces grandes villes. Des jeunes, des moins jeunes et même des vieillards comme ta mamie. En me réveillant le lendemain, j’ai compris que ça resterai un rêve. Tu sais, si j’en avais encore la force, je serais descendue dans la rue. Chaque voix compte, même si la mienne représente davantage le passé que l’avenir.

Ce n’est pas simplement notre devoir de musulmans, c’est notre devoir d’humains. Pourquoi vous ne le faites pas en France ? C’est le moment. Maintenant ! Demain, il sera peut-être trop tard.

Acheter le livre ici :

 

Delenda, la grand-mère de Sonia Mabrouk, « le monde ne tourne pas rond ma petite fille », de Sonia Mabrouk.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.