Débat sur le burkini. Par Sonia Mabrouk. #SoniaMabrouk

40683754_10217438815430620_104513674051321856_n

  • Il ne faut jamais parler de liberté dans ce débat – sur le Burkini ou le voile.
  • Comment ça ? Je ne comprends pas, mamie !

  • Sur ce terrain là on est toujours perdant face aux Islamistes. Ils ont réussi à retourner les choses. Empêcher une femme de porter ce truc là, que vous appelez Burkini, c’est enlever une liberté à cette femme. Ils ont réussi à faire croire cela à vos soi-disant intellectuels là-bas. Ta petite mamie pense que le problème n’est pas là. Sonia, la France à vécu des heures terribles. Je n’arrive toujours pas à croire à tout ce qui c’est passé, au nombre de morts et à l’horreur des attentats de Nice. À partir de là, comment quelqu’un peut-il venir, quelques semaines après cet acte barbare, avec un burkini sur cette même plage ou aux alentours ? Voilà la provocation. Ce n’est pas une question de liberté, mais une question de dignité et de décence humaine après tout ce que la France à vécue.

Tu ne peux pas empêcher les gens d’avoir peur d’une personne qui est entièrement couverte sur une plage. Il y a un traumatisme. Il faut respecter le temps du deuil.

Acheter le livre ici :

Tu ne peux pas empêcher les gens d’avoir peur d’une personne qui est entièrement couverte sur une plage. Il y a un traumatisme. Il faut respecter le temps du deuil. Je ne dis pas que derrière chaque femme en burkini, il y a un djihadiste qui tire les ficelles, mais il faut aussi comprendre les peurs des gens et ne pas chercher à les faire grandir en jouant avec le feu.

Cette tenue, ce burkini n’a rien a voir avec nos traditions

Une fois que j’ai dit ça, ma petite fille, je m’excuse, je vais être un peu nostalgique, je vais parler d’une époque que tu n’as pas connue. Cette tenue, ce burkini n’a rien a voir avec nos traditions. Je ne sais pas si c’est un produit marketing, crois moi il n’a jamais existé avant. Jamais notre religion n’a prescrit une telle absurdité. C’est vrai que le Coran invite à la pudeur, ce qui ne veut pas dire l’enfermement de la femme. Le seul message à mettre en avant est celui de la paix, la tolérance et la religion du juste milieu. C’est écrit dans le Coran : « Dieu a fait de vous une communauté du juste milieu ». Il faudra toujours chercher l’équilibre entre l’interdiction et l’exagération.

C’est ce que j’ai fait toute ma vie, Sonia. On ne m’a jamais interdit la baignade, j’ai toujours respecté l’autre et donc moi-même.

Nous étions heureux sur les plages de la Goulette (ville tunisienne). Je me souviens que les weekends, nous allions à la plage de la Corniche à Bizerte. Les femmes étaient belles, nous savions comment nous comporter. Il y avait beaucoup de dignité et de respect. Je ne dis pas que c’était mieux avant, pour autant, lorsque je regarde les photos de cette époque, vers la fin des années cinquante, je nous vois en maillot de bain, certaines portants la « fouta » ( serviette de hammam en Coton), d’autres le voile : et tout le monde se respecte. C’est la clé, le respect, ma petite fille. Et ce qui manque aujourd’hui. Voilà pourquoi ce burkini est une provocation après les attentats en France. Il ne respect pas le deuil et la douleur.

Delanda, la grand-mère de Sonia Mabrouk.

Présentation du livre:

Sonia Mabrouk,  » Le monde ne tourne pas rond ma petite fille ».

Acheter le livre :

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.