Ce que je pense des femmes au foyer!? Par Cyril Chevrot. #PostcardsforMacron

FB_IMG_1527268086682

 

Je vais profiter du petit buzz autour de la dernière petite phrase méprisante de #Macron à l’égard des femmes pour dire quelque chose qui me tient à cœur sur les mères – et les pères aussi – de famille :

Il faut admettre que dans la société actuelle le travail salarié est sur-valorisé au détriment de toutes autres activités humaines – associative, récréative, aide à la personne, vie du quartier etc.

Il faut admettre qu’il est de notoriété publique que les féministes les plus extrémistes exècres les femmes qui n’ont pas de « carrière« , d’emploi salarié et pécunier au moins, et elles le font savoir.

Il faut aussi admettre que les valeurs familiales ont subit de gros coups de rabot en Occident :

–  On met nos anciens en maison de retraite, nos handicapés en institut même quand cela n’est pas nécessaire.
– On se marie sur des relations d’intérêts contractuelles et on divorce pour des futilités.

Bref, plus rien, dans la famille, ne mérite notre intérêt et notre investissement sincère et sérieux.

Dans ce contexte là une femme qui, au milieu d’une assemblée d’autres femmes, explique qu’elle est mère au foyer ressent très souvent un malaise, voir un complexe, induit par le regard de toute la société sur elle….

Quand une femme en croise une autre et qu’elle lui dit « tu fais quoi dans la vie » et que l’autre répond  » je m’occupe de mes enfants« , très souvent la première rétorque par  » oui, d’accord, mais sinon sérieusement tu fais quoi dans la vie ?« .

Il m’est arrivé à moi, personnellement d’aller dans des administrations faire des papiers pour ma famille ( je suis père de 4 enfants et le mari d’une femme au foyer) et on me demande « que fait votre femme ? » et moi de répondre « elle est mère au foyer« . La personne en face me dit alors « oui, donc elle ne travail pas » et moi de rappeler « si, elle travaille, faire grandir 4 citoyens de manière aimante et équilibrée est un travail et elle travaille peut-être même plus durement que vous d’ailleurs« …
Souvent, dans ces situations là la personne en face de moi est scotchée. Ou parce-qu’elle sait que j’ai raison mais qu’elle n’y avait pas pensé depuis longtemps ou parce-qu’elle est en complet désaccord et que mon propos la revulse.

Moi, dans ce contexte, je voudrais savoir, dans ce pays, la France, est-il honteux de vouloir faire grandir des petits citoyens dans un foyer aimant ou le stress et la fuite en avant ne soient pas un poison quotidien auquel on doit s’habituer ?

Est-il honteux de vouloir manger et faire manger à nos petits autre chose que les plats tout fait imposé par une société qui valorise uniquement le « travailleur-consomateur » ?

Est-ce honteux de passer du temps à éduquer correctement ses enfants pour qu’ils ne coûtent pas d’argent à la société en délinquance ou incivilités multiples et variées ?

Certes il fût un temps où ce mode de vie était imposé aux femmes mais maintenant qu’elles ont le choix, ce choix est il honteux, vraiment ?

Suis-je moi-même, homme que je suis, coupable de ma déficience d’ambition argentée et de mon excès d’ambition familiale ?

Je pense que ce qui fait de notre société une société avec moins de valeurs et de repères que les générations précédentes, une société avec de plus en plus d’enfants perdus, des jeunes en manque de repères laissés aux « écrans-nounous » pour le meilleur et le pire, de futur adultes qui passeront leur vie à courir sans savoir après quoi, c’est justement ce mépris de la structure familiale et de l’apport que peut être un environnement familial plus calme et plus apaisé.

Je pense donc que lorsqu’un homme ou une femme DÉCIDE d’être le pilier de la structure familiale alors que ce n’est ni valorisé, ni rémunéré – en argent en tout cas -, dans la société actuelle, la moindre des choses est de respecter ce choix et de se rappeler à quel point ce choix est utile à nos sociétés !

En effet un enfant bien élevé, structuré, instruit, qui a des parents heureux et donc aimants, ne cédants pas au stress, présents, ça fait des enfants dont on ne paiera pas de psychologues pour lui, pas de prison, pas de foyers, pas d’éducateurs, pas de comportements auto-destructeurs comme l’alcoolisme ou le cannabis et tout ce que cela représente en terme de coût – pas seulement financier – pour la société.

Alors aujourd’hui la femme à le droit de travailler et c’est une très bonne chose mais attention à ce que ce droit ne se transforme pas en injonction – que la société entière accepte et transmet – qui lamine la structure familiale…

Et n’oublions pas aussi deux choses :

  • Il n’y a pas de rapport entre le niveau d’instruction d’une femme ou d’un homme et le nombre d’enfants qu’ils ont !
  • le travail n’est qu’une petite partie de l’activité humaine – et pas toujours la plus intéressante -, il y a d’autres activités indispensables comme tout ce qui se fait en associatif et tout ces gens qui nous font grandir des futurs petits citoyens équilibrés.

J’exige le respect de ces gens ! Car ce n’est pas parce-que nos ambitions ne sont pas « CAC40-friendly » qu’elles ne sont pas nobles, respectables et/ou importantes pour la vie humaine en société.

 

 

#PostcardsforMacron

Cyril.

1 commentaire

  1. Excellentissime ! Bravo de nous rappeler les belles valeurs que la société veut dilapider alors qu’elles sont le ciment de l’équilibre !

    J'aime

Répondre à Sana Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.